Soirée danse : carte blanche à Hervé Koubi

Soirée danse : carte blanche à Hervé Koubi

Jeudi 22 mars à 20h30

Le Centre Chorégraphique National de Nantes remplace “El Din”

Nous avons le regret de vous annoncer que le spectacle “EL DIN” est annulé pour des raisons indépendantes de notre volonté. Il est remplacé par une soirée “carte blanche à Hervé KOUBI”, qui sera présent pour présenter son choix artistique. Pour remplacer “El Din” Hervé nous propose un magnifique spectacle (composé en 3 parties, comme “El Din”) du Centre Chorégraphique National de Nantes.

“Icare / Les philosophes / Les paranoïaques”

Durée : environ 1 h 15 | www.ccnn-brumachonlamarche.com
Tarifs | plein : 12 € | réduit & abonné : 6 € | enfant : 3 € | groupe : 8,50 €

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche dirigent le Centre Chorégraphique National de Nantes (CCNN) depuis vingt ans et leurs créations ne cessent de croître en nombre, en vigueur, en impact. Claude Brumachon a signé plus de quatre-vingt chorégraphies originales avec ses propres danseurs, avec des danseurs d’autres ballets français ou étrangers et aussi avec des enfants. Le plaisir de danser s’associe au partage, aux rencontres avec un large public dans les théâtres ou parfois dans des lieux insolites (hangars, bains romains, musées…). La vie de la compagnie est rythmée par les créations et les tournées. La transmission du répertoire est également importante pour Claude Brumachon et Benjamin Lamarche. Ils animent des ateliers chorégraphiques et des stages auprès de danseurs professionnels ou amateurs et organisent régulièrement au CCNN des répétitions publiques, des conférences ou des rencontres autour de projections vidéos. Il s’agit de sensibiliser un public à la danse en général et à la danse contemporaine en particulier ; d’éveiller la curiosité de tous et de susciter des questionnements à l’égard de cet art vivant.

Le CCN de Nantes est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC des Pays de la Loire, la Ville de Nantes, le Conseil régional des Pays de la Loire et le Conseil général de Loire-Atlantique. Il reçoit l’aide de l’Institut Français  pour certaines de ses tournées à l’étranger.

Icare

(Icare — une Indépendance)

Indépendant parce que seul, indépendant parce qu’immortel malgré la chute et l’illusion, indépendant dans sa simplicité et sa force, celle du mythe, celle du danseur, celle de la chorégraphie. Icare raconte l’être danse, l’être emprisonné dans sa pesanteur terrestre et sa condition impérieuse, l’homme dans son animalité qu’il chérit et rejette, l’homme oiseau — évidemment on y pense — l’homme rapace, l’homme sirène, l’homme clown, l’homme acrobate, face au risque, face au vide, face à l’habit, à son histoire et finalement confronté à la sagesse.

Si le spectacle laisse une sensation de plénitude c’est qu’il y a dans Icare une liberté inconnue sur terre. La recherche absolue de la liberté. La liberté de l’âme pourrait-on dire.

Le danseur comme trait d’union entre le ciel et la terre. Élévation par l’esprit, pesanteur par le corps parce que nous sommes accroché au sol, irrémédiablement.

Multitude d’émotions que la peau transpire.

Au-delà du mythe archaïque la danse tente de sortir du quotidien, petit, pour entrer dans l’abyssal de nos aspirations.

Les Duos : Les Philosophes Les Paranoïaques

Le duo est un élément important chez Claude Brumachon. Une part de l’œuvre qui prend ses origines dans la création même. Claude Brumachon crée souvent en duo, avec l’interprète-danseur, une connivence de corps à corps. Dans le processus intime de sa création, Claude Brumachon s’appuie sur cette relation duelle qui l’emporte, lui et l’autre, dans les mouvements qui parcourent la scène. De ces duos originels, il ne reste plus que des traces dans la chorégraphie définitive. Des « pas de deux » qui marquent la pièce comme une partie intégrante et représentative de celle-ci.

Des duos, des histoires de corps errants et rebelles, dans lesquelles sont retracés la tendresse et le déchirement, la chaleur et le désir, la vivacité des luttes et des corps à corps. Claude Brumachon éveille la curiosité et la sensibilité du public sur la danse, art de vie et de l’extase.

Chorégraphie : Claude Brumachon – Assistant : Benjamin Lamarche – Interprètes : Elisabetta Gareri, Julien Grosvalet,

Les Philosophes (Extrait du Témoin – création 2002) – Durée : 8 min

Musique : Ludwig van Beethoven – Création lumières : Olivier Tessier

Les Paranoïaques (Extrait du Témoin – création 2002) – Durée : 12 min

Musique : Jello – Création lumières : Olivier Tessier

 

Ces deux duos sont extraits du Témoin, une pièce pour 15 danseurs. L’homme est assis à sa table, il pousse l’interrupteur et éclaire ses visions métaphysiques. Des visions absurdes mais bien réelles, les sensations reçues d’une capitale. Des gens. Beaucoup d’histoires. L’écrivain est cloisonné entre quatre murs, il décrit un intérieur réel digéré dans son estomac, il le recrache par des mots que le corps absorbe, ingurgite et transforme. L’homme de dos c’est Kafka. Le Témoin a bénéficié de l’aide du Festival Four Days in Motion – Prague, de l’AFAA / Ville de Nantes, de Bohémia Magica – une Saison Tchèque en France, du Ministertsvo Kultury (Ministère de la Culture Tchèque), du Magistrat HL. Mestopraha (Ville de Prague), de SESTA (Rencontres Franco-Tchèque de danse contemporaine) et de l’Institut Français de Prague. Il est soutenu par l’Ambassade de France.

 

Mentions légales | © 2017 Centre Culturel Yves Furet