Donc, tout est pareil et tout est différent. Tryo, toujours combatif et dansant, toujours radieux et grave, toujours indigné et heureux. Et puis Tryo renouvelé, remodelé, réinventé, une performance quand on arrive au huitième album. Chants de bataille est un grand cru, avec des chansons politiques et sociétales, des chansons de bonheur, des chansons à partager à quelques milliers en festival ou pour gonfler le cœur, à fond dans les écouteurs… Et puis quelque chose dans le son, dans l’éclat, dans l’énergie, quelque chose d’allègre et de limpide, une force, un optimisme, une envie régénérée.

Oui, l’envie de changer le monde pour trois minutes, si on n’arrive pas à le changer en trois minutes. Évacuons tout de suite la question : il n’y a pas de chanson sur la Covid 19, le confinement et les réunions en visio. Pour fabriquer des images qui dureront, le groupe s’est arraché à cette actualité et aussi au deuil d’une aventure fauchée en pleine course. Le concert prévu à l’Accor Arena, le 13 mars 2020, est le premier d’une tournée historique à être annulé par la crise sanitaire.

Dès lors, comme toute la France, Tryo invente, innove, réfléchit, apprend de nouveaux outils, découvre de nouvelles pratiques. Et tout naturellement, le groupe fait ce qu’il sait faire : de nouvelles chansons. Avec ce nouvel album, les fans noteront que quelques angles sont plus vifs, certaines lignes plus larges, d’autres plus profondes. C’est à la fois discret et flagrant, avec des surprises presque furtives, comme çà et là une voix de femme dans les chœurs : Himiko Paganotti. Chants de bataille fait entendre un Tryo familier et subtilement déroutant, et surtout un Tryo qui répond bien à l’époque.